G-46L9RX6LJS

Un parc pourrait voir le jour à la rue Dancet

Dans son édition du jeudi 21 janvier, la Tribune de Genève à mis en lumière cette motion que nous avons traitée lors notre dernière séance du conseil municipal. Je reviens sur cette proposition et apporte quelques éléments supplémentaires sur ma position sur ce sujet.  

Revoir les aménagements de la rue Dancet, pourquoi pas ?

Laissez-moi vous expliquer plus en détail ma position sur ce sujet. D’une part, la rue Dancet est un immense parking à ciel ouvert : c’est regrettable, mais nécessaire. On ne peut pas imaginer que ces places de stationnement disparaissent du jour au lendemain sans que cela impacte la qualité de vie et le confort des habitants du quartier.

D’un autre côté, cette rue est extrêmement large, est-ce qu’il ne serait pas envisageable d’y revoir ses aménagements, y planter des arbres et sécuriser une piste cyclable ?

Je pense que oui, nous pouvons tout à fait faire mieux. Mais nous risquons de ne pas nous retrouver avec nos amis Verts, qui souhaitent voir l’ensemble des places de stationnement disparaître, alors que je pense qu’un compromis est possible avec la largeur de cette rue. En effet des ingénieurs sont tout à fait capables de proposer un projet consensuel qui permettrait d’une part de conserver une large partie des places de stationnement en zone bleue et d’autre part d’améliorer les aménagements ainsi que l’esthétique, et in fine la qualité de vie et le confort des habitants du quartier.

Cependant, mes amis à gauche vont me dire que la voiture n’a plus sa place en ville et c’est tout.

Un tel extrémisme me dérange et je crois sincèrement à la possibilité d’un compromis intelligent.

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Cher Monsieur, je partage votre approche. En effet, pourquoi bannir la voiture, par pure idéologie, alors qu'il y a de la place pour tout le monde à la rue Dancet! Personnellement, j'opte pour le pragmatisme, et je crois que la démocratie consiste en ce que chacun fasse une concession. Car il n'y a pas de place pour l'extrémisme en terre démocratique. Bien à vous!

  • Chaque fois que j'entends ou lis une intervention sur les questions de mobilité je soupire.
    J'ai passé plus de quarante années au volant d'un taxi à Genève et je sais exactement ce qu'il faut faire partout pour pacifier la ville et retrouver de la fluidité.
    Malheureusement, ceux qui pensent savoir et qui ont un avis sur tout, nous infligent leur science sans tenir compte de l'impact d'une mesure dissociée sur l'ensemble du flux.
    La rue Dancet est devenue un axe d'entrée sur Carouge depuis que le tourné à gauche sur Caroline a été supprimé. En faire un parc, ou réduire encore la progression du trafic sur cet axe implique un engorgement de la route des Acacias et du boulevard de la Cluse ainsi que de l'avenue de la Roseraie, enfermant l'hôpital dans une brouhaha permanent de véhicules qui ne peuvent plus passer ailleurs.
    Alors soit on supprime les gendarmes couchés sur Dancet et les places de parc sur les Battoirs, soit on favorise une alternative comme celle de la Roseraie en assurant une onde verte depuis Mail sur Pont d'Arve, Lombard.
    Un peu de cohérence ferait du bien. J'encourage le nouveau magistrat qui sera élu en mars de reprendre la mobilité gérée de manière désastreuse par Dal Busco. Je suis candidat à la direction générale des transports où je m'engage à faire le ménage après plus de 20 ans de nuisance des Verts.

  • J'ai oublié une alternative pour rejoindre Carouge. La rue de l'Ecole-de-Médecine et le quai qu'il serait judicieux d'encourager si l'idée du parc à Dancet est retenue.
    Reste à trouver où parquer tous ces véhicules car les places commencent à manquer cruellement un peu partout et le vote sur le parking des Clés de Rive risque bien de sanctionner la bagnole. On assiste impuissants à la dictature verte qui veut éradiquer la voiture en ville par une succession de brimade censées décourager. Et ce depuis plus de 20 ans sans effets notable.

Les commentaires sont fermés.